v75.xiti.com

22/02/2018

LES CORBEAUX D'ARTHUR...

Ce matin tôt et froid de Février où j'étais, à me repaitre encore, dans un vague projet romanesque, au gré d'une phrase déjà mal écrite, je m'suis égaré, à lire des mots d'Edgar Allan Poe, ainsi qu'un extrait d'un court poème d'Arthur Rimbaud...

Et comme par une voie enchantée, des grands corbeaux noirs, alors sont venus se poser, tout à côté de mes lettres aux fils tendus de mes maux... alors, ma maigre et laborieuse prose, soudain comme renchérit de liberté étrange, s'est brusquement envolée, vers plus de mystère et peut être de beauté...

Merci aux vrais poètes, de nous faire oublier notre propre et commune banalité dans cette grande toile partagée, le plus fréquemment d'ordinaire !

Polycarpe ( Christian Cornier)

 

croasse.jpg

 

 

Armée étrange aux cris sévères,
Les vents froids attaquent vos nids !
Vous, le long des fleuves jaunis,
Sur les routes aux vieux calvaires,
                                        Sur les fossés et sur les trous
 Seigneur, quand froide est la prairie,
Quand dans les hameaux abattus,
Seigneur, quand froide est la prairie,
Quand dans les hameaux abattus,
Les longs angelus se sont tus...
Sur la nature défleurie
Faites s'abattre des grands cieux
Les chers corbeaux délicieux.

Armée étrange aux cris sévères,
Les vents froids attaquent vos nids !
Vous, le long des fleuves jaunis,
Sur les routes aux vieux calvaires,
Sur les fossés et sur les trous
Dispersez-vous, ralliez-vous

 

( -Arthur Rimbaud - 1854-1891)

les hameaux abattus,
Les longs angelus se sont tus...
Sur la nature défleurie
Faites s'abattre des grands cieux
Les chers corbeaux délicieux.

Armée étrangeSeigneur, quand froide est la prairie,
Quand dans les hameaux abattus,
Les longs angelus se sont tus...
Sur la nature défleurie
Faites s'abattre des grands cieux
Les chers corbeaux délicieux.

Armée étrange aux cris sévères,
Les vents froids attaquent vos nids !
Vous, le long des fleuves jaunis,
Sur les routes aux vieux calvaires,
Sur les fossés et sur les trous
Dispersez-vous, ralliez-vous ! cris sévères,
Les vents froids attaquent vos nids !
Vous, le long des fleuves jaunis,
Sur les routes aux vieux calvaires,
Sur les fossés et sur les trous
Dispersez-vous, ralliez-vous ! se sont tus...
Sur la nature défleurie
Faites s'abattre des grands cieux
Les chers corbeaux délicieux., quand froide est la prairie,
Quand dans les hameaux abattus,
Les longs angelus se sont tus...
Sur la nature défleurie
Faites s'abattre des grands cieux
Les chers corbeaux délicieux.                                  Dispersez-vous, ralliez-vous !
"

                                            

15:26 Écrit par Polycarpe | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | |

Les commentaires sont fermés.