v75.xiti.com

28/02/2018

IL Y EN A PAS QUI ...

3149915_7_50ee_les-prostituees-du-quartier-des-paquis-a_76d8e35d48b903fdbd48cfce64016a0f.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Elle avait de l'amour à revendre

Quelques francs suisse plus la chambre

Aide-soignante de la misère

Les oubliés ne sont pas des tendres

Argent contre chair,

Le négoce est toujours et inéductablement triste.

 

Dans cet échange peu reluisant

Où chacun perd de son crédit

Moral ou trébuchant

Personne en a pour son argent...

 

Putes aux grands coeurs

Putes de malheurs

Toujours la vindicte

Depuis la nuit des temps

Le mépris pour vous jamais ne passe

Et la morale qui se voudrait loi

Change encore et encore les règles

En cours et leçons de passe-passe

Quand la volaille se fait opinion

Clients, ex, pénalisés et culs serrés

Seront bien alors se retrouver

Pour vous reconduire au niveau

Presque de leurs lâchetés

Là-bas, en bas, dans les caniveaux

Où coule toute la solitude

Des hommes et de nos soeurs

Tristement mélangés...

 

Polycarpe ( Christian Cornier)

10:27 Écrit par Polycarpe dans Air du temps, Humeur | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | |

PRIX DU PATRIMOINE 2O10...


MARIE ET POLYCARPE.jpg

07:41 Écrit par Polycarpe | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | |

27/02/2018

JE SUIS PAS NET... (Constat mélancolique d'un blogueur)

 

imgp6425-2-22ebb.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Je suis pas net...

Je glisse sur la surface du monde

Je rencontre, mais je reste seul

J'apprends, mais je ne retiens rien

Je visite, mais je ne reste pas

Sans doute, j'ai pas le coeur net

Sur mon clavier comme toi, je croise

En déroute, des milliers de solitudes...



Où êtes-vous les gens vrais ?

Comme vous, j'suis pris dans la toile

Encollé, superficiel et léger

Je vais, je viens

Vers tout, vers rien

Faudrait réhabiliter les cafés

Ils sont déserts

Refaire ensemble du lien

Du vrai, de celui qui émeut

Qui se touche en l'air

De regards, de vies, de sensations

D'élans et d'émotions...

Allez, patron, viens...

Avant que j'aille à refabriquer

Un trop plein de mélancolie

Remet-nous encore un déci

D'oubli... 

Et trois verres de fendant !

 

Polycarpe ( Christian Cornier)

16:14 Écrit par Polycarpe | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | |