v75.xiti.com

15/05/2018

PRENDRE LA ROUTE ( pour Compostelle) comme en 2012... je pas dire (Yves) Jamait !)

 
 
Paroles de Prendre La Route
 
Quand bien qu’ayant les yeux clos
On ne trouve pas le sommeil
Qu’on soit toujours en porte à faux
Au premier rayon du soleil
Quand nos vies ne regardent plus
Tout à fait le même horizon
Que soit trop étroite la rue
Et si petite la maison

Il faut savoir prendre la route
Coûte que coûte
Et se dire chacun son chemin
Ceux là qui sont pavés de doutes
Pas de doute
Ne sont pas sur les cartes Michelin

Quand noyé parmi les siens
On reste la nuit dans un verre
Que le plus sublime des vins
A un goût de mauvaise bière
Quand les amis nous camisolent
Ouvrent trop grand leurs bras prisons
Que la solitude console
Qu’on noctambule sans raison

Refrain
Quand ne brille plus le soleil
Dans les yeux de ceux qu’on aimait
Quand tout est vraiment trop pareil
Et identique à c’que c’était
Quand on n’a plus que l’avenir
Pour mieux regarder en arrière
Des chrysanthèmes de désir
Qui sèchent sur nos cœurs de pierre

Refrain

Quand on a trop frotté nos peaux
Sur le cuir de nos amitiés
Qu’on trimbale des habits pas beaux
De convenance et empruntés
Plutôt que de rendre son âme
Avant même que de succomber
Et pour réanimer la flamme
Où brûle notre éternité


DIABLE.jpg

16:39 Écrit par Polycarpe | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | |

14/05/2018

LE NAUFRAGE...


artimage_219758_3942815_20130725535721.gif

15:46 Écrit par Polycarpe | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | |

13/05/2018

2- LE DIABLE N'ARRIVERA PAS A COMPOSTELLE...

DIABLE.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Petit préambule sur les chemins de l'écriture.

( Préface Chantal et Yves Peyrani - Dauphiné Libéré)

 " Ah il est beau le libertaire, le nez dans ses contradictions d'hier et d'aujourd'hui ".

Je te reconnais bien là dans cette phrase lancée par ton personnage favoris !!

Mais il chemine avec ses pieds, avec son corps, avec sa tête, avec son coeur et avec

toute l'énergie de la quête.

Cheminer, lire et écrire, des voies pour se connaitre, pour fouiller au fond de soi.

Lecteur, n'hésite pas à suivre Christian quand il se laisse aller à l'ironie, aux débordements

d'une langue chahuteuse, d'une cervelle en ébullition, dans les tourments de la tentation,

les excès, les superlatifs...

Le diable est là en embuscade mais fait-il encore peur avec ses cornes et sa queue fourchue ?

Les chemins de traverses invitent toujours à se laisser tenter mais il est jamais trop tard

pour trouver une route plus apaisée.

 

( La suite dimanche prochain)

08:26 Écrit par Polycarpe | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | |